La crise du pouvoir d’achat va bouleverser les habitudes des consommateurs dans l’On Premise en Français

Les études de CGA by NielsenIQ révèlent que si certains consommateurs changent la fréquence de leurs visites et leurs habitudes de consommation dans les lieux de vente, les fournisseurs ont néanmoins la possibilité de s'adapter et de réagir.

La pandémie a considérablement modifié les habitudes des consommateurs français en matière de consommation sur place, et la crise du pouvoir d’achat devrait constituer un autre accélérateur de l’évolution dans les mois à venir.

 

L’étude OPUS de CGA révèle que 89 % des consommateurs sont sortis manger et boire au cours des trois derniers mois et que plus d’un quart (26 %) prévoient de dépenser davantage pour manger et boire au cours des 12 prochains mois.

 

Cependant, plus d’un tiers des consommateurs (36%) ont déclaré qu’ils sortiraient moins souvent sur l’On Premise en raison de la pression des prix, et 21% ont déclaré qu’ils se rendraient moins souvent dans les boîtes de nuit au cours des 12 prochains mois. Bien que ces consommateurs réduisent leur fréquence de sortie, une proportion importante (71%) prévoit toujours de se rendre dans des établissements de nuit tels que des bars aussi souvent ou davantage.

 

Pour ce qui est de la fréquentation des points de vente, les consommateurs prévoient toujours activement de se rendre dans les cafés (33%), les restaurants décontractés (30%) et les hôtels (28%) aussi souvent ou plus souvent au cours des 12 prochains mois. Cibler les consommateurs qui maintiendront leur fréquence et leurs dépenses dans le circuit sera crucial pour les opérateurs et les fournisseurs afin de tirer le meilleur parti de ces opportunités de visite.

 

L’étude révèle également que certains consommateurs sont de plus en plus attentifs au rapport qualité-prix. Près d’un quart d’entre eux (23 %) déclarent qu’ils rechercheront des options plus économiques lorsqu’ils mangent ou boivent sur place. Cependant, le rapport qualité-prix n’est pas nécessairement synonyme d’options moins chères pour tous les consommateurs, et seuls 13 % d’entre eux choisiront des options moins chères lors de leurs sorties. Comme les consommateurs recherchent à la fois le bon rapport qualité-prix et la qualité, il est important de s’assurer que la qualité est démontrée au consommateur dans les offres de marque, les messages et la stratégie de service.

 

56% des consommateurs français sont susceptibles de payer plus cher pour une boisson de meilleure qualité et 55% peuvent encore être influencés par les recommandations du barman même s’ils ont déjà décidé ce qu’ils vont boire. Le rôle du personnel de bar bien informé et les ambassadeurs de la marque offrent des possibilités de conversion vers des offres plus haut de gamme. La bière artisanale est la principale catégorie dans laquelle les consommateurs français sont susceptibles de monter en gamme. Les points de vente ont besoin de formations du personnel de bar et d’options de prix claires pour présenter une excellente opportunité de vente incitative.

 

Bien que certains consommateurs français soient susceptibles de changer leurs habitudes, nombreux sont ceux qui continueront à profiter de l’établissement comme ils l’ont toujours fait – 20% d’entre eux déclarant qu’ils continueront à s’y rendre sans changer leur comportement en raison de la crise du pouvoir d’achat.

 

La poursuite de l’engagement de ce segment de consommateurs contribuera à soutenir la performance des ventes. Dans la catégorie des bières, 32% des consommateurs français âgés de 18 à 34 ans choisissent toujours les mêmes marques de boissons, tandis que 36% aiment essayer des boissons ou des marques nouvelles/différentes. L’innovation et les nouvelles offres de la gamme peuvent aider à maintenir l’intérêt des consommateurs et à les ramener vers les marques cibles lorsqu’ils sortent. Ainsi, lorsqu’ils commandent une boisson non alcoolisée, près de la moitié (47 %) des consommateurs privilégient la bière sans alcool ou à faible teneur en alcool.

 

Graeme LoudonGraeme Loudon, directeur de CGA EMEA, commente : « L’étude de CGA montre que les restaurants et les bars occupent une place importante dans la vie des consommateurs en France, et qu’ils resteront une priorité en termes de dépenses dans les mois à venir. Cependant, l’effet de la crise du pouvoir d’achat signifie que certains consommateurs vont changer leurs habitudes de consommation sur place. Les fournisseurs doivent trouver des moyens de répondre à la demande croissante de bon rapport qualité-prix, sans négliger les clients qui restent intéressés par les expériences premium. Il sera plus important que jamais de suivre les préférences et les occasions de consommation de ces clients, et de réagir avec agilité afin de positionner avec succès les marques de boissons sur un marché qui reste très concurrentiel.”

 

L’impact de la crise du pouvoir d’achat n’a pas encore été pleinement ressenti par les consommateurs français. Les mois à venir donneront une image plus claire de la façon dont ces défis économiques peuvent modifier les comportements. Les fabricants et fournisseurs de boissons qui sont prêts à adapter leurs stratégies en tenant compte de la premiumisation et de la polarisation, du parcours d’achat des consommateurs et des possibilités d’innovation seront bien placés pour stimuler les ventes et accroître leur part de marché.

 

L’étude OPUS de CGA fournit une analyse experte des tendances et des opportunités dans le secteur On Premise Français. Elle fournit des informations concrètes aux fabricants et aux fournisseurs de toutes les catégories de boissons, les aidant à positionner efficacement leurs marques, à gagner des parts et à encourager les achats, les montées en gamme et la fidélisation. Pour en savoir plus sur les capacités de recherche de CGA, veuillez contacter Graeme Loudon at graeme.loudon@cgastrategy.com

Related posts:

Share post

Archive

Subscribe to our newsletter

Access the latest On Premise news and reports by signing up below.