La fermeture des boîtes de nuit apporte de nouveaux défis et de nouvelles opportunités pour le secteur des spiritueux en France

Les fournisseurs de boissons dans les établissements publics français sont confrontés à de nouveaux problèmes après la fermeture soudaine des boîtes de nuit, mais une étude de CGA Strategy révèle des possibilités de tirer parti d'autres circuits.
Téléchargez le dernier rapport

Les fournisseurs de boissons dans les établissements publics français sont confrontés à de nouveaux problèmes après la fermeture soudaine des boîtes de nuit, mais une étude de CGA Strategy révèle des possibilités de tirer parti d’autres circuits.

 

Le Premier ministre Jean Castex a annoncé la fermeture des boîtes de nuit à partir du 10 décembre – cinq mois seulement après leur réouverture en juillet, après des mois de fermeture – et elles ne reviendront pas avant le 7 janvier 2022 au plus tôt.

 

L’étude de CGA révèle que la fréquentation des boîtes de nuit s’est rapidement redressée après leur réouverture en juillet, le circuit représentant 5,4 % des ventes totales de spiritueux au troisième trimestre 2021, soit une fraction seulement de moins que pour la même période en 2019. Les fermetures vont maintenant peser sur les ventes de spiritueux comme la vodka, qui a réalisé 17,3 % de ses ventes du troisième trimestre en boîte de nuit. Le whisky et le rhum américains, qui dépendaient des boîtes de nuit pour respectivement 12,5 % et 9,8 % de leurs ventes, sont également vulnérables.

 

Une deuxième suppression des boîtes de nuit promet également d’avoir un impact sur le succès des jeunes marques, en supprimant un circuit où plus de 3 consommateurs sur 5 essaient de nouvelles marques pour la première fois, les boîtes de nuit ont donc été un moteur d’essai et d’exploration. Les consommateurs cherchant à satisfaire des besoins de soirées bien arrosées dans d’autres circuits, les nouvelles marques devront s’adapter à ce changement d’environnement si elles veulent encourager les tentatives des consommateurs, en tenant compte à la fois de la répartition des catégories au sein des ventes ainsi que des motivations des consommateurs, afin d’élaborer une stratégie efficace et d’obtenir une traction maximale dans ces circuits.

 

Cependant, les fournisseurs peuvent être en mesure de récupérer une partie des ventes de spiritueux perdues dans des lieux adjacents comme les bars de nuit qui restent ouverts et qui sont le deuxième choix pour les occasions haute cadence. Il est important de noter que les choix de boissons des consommateurs diffèrent dans ce segment par rapport aux boîtes de nuit, avec deux consommateurs sur cinq (42%) buvant des cocktails lors d’occasions ‘haute cadence’, tandis que la répartition des ventes de spiritueux signifie que les consommateurs sont plus susceptibles de choisir le whisky (23%) et le rhum (20%), par rapport à la vodka, pilier des boîtes de nuit (19%).

 

La clé pour les marques, nouvelles ou existantes, qui souhaitent s’adapter à ce changement est de comprendre le parcours d’achat du consommateur dans les bars de nuit et dans d’autres segments où la fréquentation est susceptible de basculer. L’analyse de CGA montre que l’influence des amis et les recommandations du personnel du bar jouent un rôle beaucoup plus important dans le choix des boissons par les consommateurs dans les bars de nuit que dans les discothèques, de sorte que l’élaboration de stratégies visant à intégrer cet aspect permettra aux fournisseurs de boissons de maximiser leurs ventes dans ce circuit.

 

Graeme Loudon, directeur général de CGA pour l’équipe EMEA, a déclaré : « La fermeture des boîtes de nuit est un coup dur pour le secteur en France. Les discothèques sont des espaces indispensables pour établir de nouvelles marques de boissons et développer les marques existantes. Une partie de ces sorties en boîte de nuit vont désormais se déplacer vers les bars et les restaurants, et les fournisseurs vont devoir pivoter rapidement et ajuster leurs stratégies de vente et de marketing en conséquence. En se concentrant sur les préférences claires des consommateurs et en comprenant l’attitude des barmen dans les bars de nuit à l’égard de l’offre et des recommandations, on pourra ainsi tirer parti du transfert de ces moments ‘haute cadence’ des discothèques vers les bars de nuit. »

 

Graeme LoudonLes services de mesure des ventes et les études de consommation de CGA fournissent des recommandations aux fournisseurs désireux de tirer parti des nouvelles opportunités sur le marché du monde de la nuit et d’élaborer des stratégies de relance guidées par les données. Ils offrent des informations exploitables sur les motivations des consommateurs, le parcours d’achat, les choix de catégories et les préférences de marques par moment et par circuit, et peuvent aider les fournisseurs à comprendre le rôle des barmen en particulier. Le service  » Bartender insights  » de CGA s’adresse aux barmen de toute la France, afin d’obtenir des informations de première main sur ce qui fera le succès d’une stratégie. Pour plus d’informations sur les études de CGA sur le volume, les barmen et les consommateurs, et sur la façon dont elles peuvent aider les fournisseurs et les opérateurs à optimiser leurs stratégies, veuillez contacter graeme.loudon@cgastrategy.com.

Related posts:

Share post

Archive

Subscribe to our newsletter

Access the latest On Premise news and reports by signing up below.